Débris spatiaux

Les débris spatiaux en orbite autour de la Terre constituent une population de plus en plus nombreuse depuis l’avènement de l’ère spatiale en 1957 et le lancement de Spoutnik. Les risques de collision en orbite ou de retombée sur le sol terrestre sont de plus en plus fréquents. C’est le but de ce service pour l’environnement spatial de la Terre que suivre les probabilités de ces événements et les risques associés.

Le nombre de satellites artificiels de la Terre qui sont catalogués se situe entre 15000 et 20000, parmi lesquels on trouve une très grande proportion de morceaux de satellites ou de satellites non fonctionnels. Les débris spatiaux constituent donc une population d’objets célestes au même titre que celle des astéroïdes. La taille typique de ces objets est de l’ordre de la dizaine de centimètres ou du mètre, et l’on estime à plusieurs dizaines de millions le nombre des objets dont la taille est en dessous du millimètre. Avec des vitesses de déplacement de plusieurs km/s, l’ensemble de ces objets représente des risques effectifs de destruction ou de panne sévère pour les satellites en opération, sans compter les vols habités. Par ailleurs, il est fondamental de suivre la rentrée atmosphérique et chute au sol éventuelle des objets les plus massifs.